Back

Urban Circus à l’assaut de la Chine sur BFMTV

Comment protéger les utilisateurs de deux roues, sans pour autant sacrifier leur style et cela même en Chine ? C’est en s’intéressant à cette problématique qu’est née Urban Circus, une marque française spécialisée en vêtements de signalisation aux couleurs et aux motifs décalés.

Fort d’une présence chez une cinquantaine de revendeurs, dont 10 en Asie, la start-up s’intéresse désormais au marché chinois.

“Le marché de la mobilité explose“ constate Henri de Kergolrlay, cofondateur d’Urban Circus. Plus qu’un simple phénomène de mode, l’écomobilité est aujourd’hui une tendance profonde et partagée dans le monde entier. Pour se déplacer en vélo ou en trottinette, porter des vêtements réfléchissants – et plus particulièrement lors de trajets nocturnes – est plus que recommandé. Depuis sa création en 2015, Urban Circus chamboule le marché des vêtements de haute visibilité avec une collection de produits “mode” destinée à protéger les utilisateurs. Le style au service de la sécurité, telle est la philosophie de la start-up française.

Déjà présente en Asie chez une dizaine de revendeurs, la société française compte aujourd’hui habiller le public chinois. “Pour adresser le marché chinois, nous avons fait une collaboration avec une grande marque française, Aigle, sur 3 produits, une veste, un sac et des bottes (…) l’idée étant de tester le marché avec quelqu’un de très bien implanté là-bas“ explique le cofondateur de l’entreprise.

Entre l‘essor de la mobilité dans les grandes agglomérations en Chine et “l’appétence du marché asiatique pour tout ce qui est coloré”, le start-up de vêtements haute visibilité priorise désormais l’Empire du Milieu, un pays regorgeant de clients potentiels pour la marque. Pour ce faire, Urban Circus compte produire localement, tout en conservant la R&D, la conception et le design en France. Un très beau challenge pour l’équipe qui ne cesse de se développer et de s’agrandir pour faciliter la mobilité urbaine de chacun au quotidien.